La Théorie I – La théorie qui se cache derrière les environnements de travail modernes.

Oubliez les pouf-poires et les frigos à bières, votre personnel veut de la formation et des opportunités de carrière !

Richard Dennys - CEO
Richard Dennys – CEO

“L’environnement de travail moderne sera un savant mélange d’enthousiasme et d’innovation propres à la jeunesse, combiné à la sagesse des travailleurs plus expérimentés.

Avec des entreprises qui désormais emploient des salariés répartis sur quatre à cinq générations, et des avancées technologiques constantes à comprendre et à exploiter ; il est devenu plus difficile que jamais pour les gérants d’entreprises de répondre aux différents besoins de leur main-d’œuvre tout en bâtissant un futur prospère et durable.”

La formation, le développement et la flexibilité sont essentiels

Qu’il soit nécessaire de donner de nouvelles compétences à ses employés n’est pas un concept nouveau. Mais c’est par contre devenu de plus en plus important dans notre monde moderne, à cause, principalement, des avancées technologiques qui nécessitent une constante remise à niveau des employés.

Une étude récente menée par PwC a mis en évidence l’importance d’améliorer les compétences des travailleurs déjà en poste pour réduire l’écart technologique, tandis qu’une autre étude a démontré que l’économie Britannique pourrait économiser jusqu’à 80 milliards de livres sterlings par an en employant des travailleurs expérimentés et en les formant à de nouveaux savoir-faire.

Comprendre ce qu’implique ce changement d’état d’esprit par rapport au travail oblige les gérants d’entreprises à se remettre en question et à prendre le temps d’analyser et comprendre ce qui fait qu’un employé se sent bien dans son environnement de travail.

Nos propres recherches nous ont permis de découvrir que si on met de côté les plus hauts salaires, 35% des travailleurs âgés de 35 à 44 ans et 41% des 45-55 ans estiment que travailler dans un environnement souple et adaptable est l’élément-clé de leur plaisir à venir travailler.

La même étude a également démontré qu’un employé sur dix dans la tranche des 45 à 55 ans apprécie aussi de se voir offrir des perspectives d’évolution de carrière et souhaite acquérir de nouvelles compétences.

Encouragez la loyauté

L’une des conséquences actuelles du fossé qui s’est créé au Royaume-Uni est que les employés ont maintenant plus de pouvoir dans le choix de l’entreprise pour laquelle ils décident de travailler, et que les employeurs subissent davantage de pression à tenter de fournir le type d’environnement qui satisfasse les besoins de leur main d’œuvre.

Accéder à des opportunités de formation et de développement est par exemple devenu un aspect important de l’emploi pour près de 25% des 25 à 34 ans ; et 20% des 18 à 24 ans attendent de leurs employeurs qu’ils leur offrent des perspectives d’évolutions futures. Si on prend en considération le fait que pour 65% des 18 à 24 ans, quitter un emploi si il ne leur convient pas n’est pas un problème, on comprend les efforts qui doivent être consentis par les employeurs s’ils veulent inciter leurs salariés à faire preuve de loyauté.

Partager des valeurs

Bien que cela puisse sembler être un vrai défi que de satisfaire les besoins de différentes générations, il existe une solution simple et évidente. En effet, les travailleurs plus expérimentés apprécieront d’être reconnus comme étant utiles à l’entreprise pour laquelle ils travaillent ; et les plus jeunes, eux, sont avides d’apprendre et de progresser. Du coup, il est particulièrement avisé d’exploiter les compétences et les connaissances des plus âgés afin qu’ils forment leurs plus jeunes collègues.

Malgré tout, nos recherches nous ont appris que de nombreuses entreprises ne parviennent pas à satisfaire les besoins de leur main d’œuvre, et que 24% des travailleurs ont l’impression que leurs compétences et leurs expériences ne sont pas utilisées à leur juste valeur, voire qu’elles sont gâchées.

Une tendance plus marquée chez les femmes, dont près de 26% ont l’impression que leurs compétences sont sous-exploitées, contre 21% des hommes.

Plus inquiétant car ils sont plus enclin à quitter leur travail rapidement, 23% des 18 à 24 ans et 27% des 25 à 34 ans pensent que leurs compétences sont sous-exploitées au travail.

L’élément clé à garder à l’esprit pour satisfaire les différentes générations de travailleurs est la flexibilité. Les entreprises modernes doivent être capables de s’adapter aux besoins de leur main d’œuvre, ou bien elles risquent de se trouver vite dépassées par les évènements.

La théorie de l’environnement travail moderne et efficace

Comprendre et faire face aux besoins des différentes générations d’employés au sein d’une entreprise peut faire son succès, ou signer sa perte.

Les entreprises les plus prospères aujourd’hui ont compris comment générer une véritable culture d’entreprise, qui est capable de s’adapter aux changements et de satisfaire les besoins moraux et éthiques de sa main d’œuvre.

Les états d’esprits changent, et le concept de « presser le citron autant que faire se peut » n’est plus du tout adapté à la main d’œuvre moderne, et ce, depuis déjà un bon moment.

Être flexible dans son approche est sans aucun doute possible essentiel. Mais pour trouver le moyen de retenir une main d’œuvre motivée, les entreprises doivent surtout désirer adopter une nouvelle éthique de travail et devront maintenir leurs efforts dans la durée – sans quoi, elles perdront leurs meilleurs éléments au profit de leurs concurrents.

 

———————
Si vous souhaitez rejoindre notre équipe, 
consultez nos offres d’emploi actuelles sur notre site internet ou envoyez votre CV et lettre de motivation à jobs@webgains.fr.

11 months ago
Une nouvelle image de marque pour Webgains. CEO, Richard Dennys, nous explique la motivation derrière ce changement. https://t.co/mJR2Kjnax4
11 months ago
Nous recrutons ! Passionné par le monde digital, un sens commercial et une envie constante d'apprendre ? Nous recherchons de nouveaux profils basé à Londres en Marketing et Ventes. Contactez-nous !
2 years ago
Paniers moyens et taux d’abandon: les indicateurs e-commerce à connaître… https://t.co/YiFKQPiw9T via @ComarketingNews